A Travellerspoint blog

A nouveau sur l`ile du nord

17 janvier

À 5h00 du matin, on reconduit Ninon à ‘l’office’ pour prendre son taxi. Journée nuageuse, car Ninon est partie avec le beau temps pour réchauffer le Québec qui gèle avec ses moins 25 degrés C.
A New Brighton en banlieue de Christchurch, on marche, ou plutôt on tente de marcher sur un quai de 300m de longueur, car il vente à ‘écorner les bœufs’. De jeunes asiatiques pêchent au gros vent.
1pier.jpg

18 janvier
Souvent au bout d’une rangée de vignes il y a des rosiers. Ninon nous mentionnait que les rosiers sont comme indicateurs de certaines maladies, qui permettrait ainsi d’intervenir rapidement pour éviter la perte des vignes.
2vigne_rose.jpg
On fait de la route pour remonter vers Picton pour compléter la boucle. Pendant qu’on soupe, bien assis dans notre ‘Bobb’, 3 Néo-Zélandais nous jase au travers de la moustiquaire. Ils sont bien sympathiques et ont un bateau amarré à la marina. Plus tard on va prendre notre petite marche et ils nous invitent à bord du bateau. On poursuit la conversation entreprise plus tôt.

19 janvier

Ce matin, on se grouille, car on doit prendre un bateau taxi pour nous amener sur la Queen Charlotte Track, randonnée possible de 71 km. Nous on marche 15 km de Ship Cove à Furneaux Lodge et le bateau reviendra nous chercher plus tard dans la journée. On rencontre 4 Français, très sympathiques, avec qui on marchera plusieurs km. La randonnée n’offre pas beaucoup de beaux points de vue. Le ‘chant’ des crickets nous accompagne une bonne partie du trajet. A la longue, ça devient agaçant car c’est très bruyant. (Une autre section de la Queen Charlotte track, avec vue plus intéressante nous tentait, mais elle était fermée en raison de la chasse au ‘cochon sauvage’. Le tout dans le but de sécuriser la piste.) Le bateau taxi, fait aussi le service postal. Au retour, nous sommes arrêtés à un camps pour jeunes. Le rituel est le même à chaque jour: le chien est sur le quai et attend son biscuit à chien pendant qu’on livre le courrier à une jeune fille. Le Queen Charlotte Sound est fait de multiples péninsules aux pourtours variés. A eux seuls ils font 20% de tout le littoral de la NZ. Alors imaginez les ramifications! Au retour les Français nous offre un verre et on échange sur les choses à voir et faire dans l’île du Sud.
3sound.jpg

20 janvier

Journée de route pour se rendre dans la Golden Bay au nord-ouest de Nelson. À Havelock, la capitale de la moule verte comme le montre les moules sur le toit de ce restaurant...
4mussels.jpgEst aussi le lieu de naissance d’Ernest Ruttheford, prix Nobel de chimie.

21 janvier

Semaine des corbeaux!!!! Il fait ‘encore beau’. Ce matin on fait un 4 heures de kayak dans les eaux turquoise de la baie de Tata, dans la Golden Bay.
5kayak.jpg
On se baigne, on voit une otarie, un pingouin bleu dans une petite grotte, des centaines de cormorans. Il y a un élevage de moules et on regarde la cueillette qui se fait par bateau. Les énormes bouées sont sorties de l’eau à l’aide d’un treuil, les attaches, qui retiennent la longue corde de moules, sont coupées et mécaniquement ils remontent la corde pleine de moules dans un grand bac.
6moulebateau.jpg
En après midi on se dirige vers le nord de l’île du Nord, soit le Cape Farewell, une ‘langue’ de sable de 25 km de long. On n’ accède qu’aux 3 premiers Km à pied. Si on veut aller jusqu’au bout, il faut prendre un tour guidé d’ou on verra un centaine d’oiseaux différents. Nous on se contente de marcher sur la plage et ensuite de prendre un chemin qui nous mène à un rocher avec fossiles. On passe par de jolies dunes de sable.
7dune.jpg
On a jamais trouvé les fossiles mais au moins on a trouvé l’autre chemin qui nous ramène au point de départ en passant par les boisés et champs. Le tout bien balisé. Mais problème... On a un comité d’accueil de l’autre côté de la clôture, une dizaine de bœufs, à l’allure pas vraiment sympathique. Pour nous rassurer davantage, deux jeunes bœufs s’amusent à se ‘battre’ en se frappant la tête. Ça cogne dur, pas rassurant, on essais de les éloigner de la clôture qu’on doit traverser. Rien à faire. On va se cacher un moment, espérant qu’ils s’éloignent, niet, ils restent là, plantés. On trouve un plan numéro 2, car on a pas vraiment envi de faire demi tour (1hre30), alors on traverse dans un autre ‘pacage’ ou il n’y a que des oiseaux (moins menaçant, hein?) .Rendu au bout on doit passer par dessus une clôture électrique. On ne doit pas être les premiers à faire se petit détour, car il y a 2 buches de part et d’autre de la clôture pour éviter que l’on ne s’électrifie. On termine notre marche avec les moutons.

22 janvier
Retour vers Picton, avec arrêt à Nelson. On cherche à acheter des petits fruits, mais on ne trouve pas d’étals sur la route. Par contre à Nelson on a mangé de très bonne cerises de ‘ France’.

23 janvier
On prend le Ferry de Picton vers Wellington. Cette fois-ci, il fait beau, la mer est relativement calme. On fait le 3hres de trajet sur le pont, sous un soleil radieux. Au passage on profite du beau paysage du Queen Charlotte Sound. Arrivés à Wellington, on retourne à la poissonnerie de la rue Cuba, pour manger le meilleur Fish’n Chip de la NZ!!! Et on en profite pour acheter du bon poisson frais. On retourne au musée de Te Papa, car on avait pas eu le temps de voir le système anti-séismique utilisé lors de la construction du musée. Ils ont utilisé un système de gros coussins de caoutchouc avec des cylindres de plomb à la verticale et des plaques d’acier à l’horizontal. Le tout avec un 500mm d’espace entre le bâtiment et le solage. Ce qui permet au bâtiment d’être moins secoué en cas de séisme. La technique NZ est utilisée en Californie et au Japon.
On quitte Wellington pour se diriger vers le nord mais du côté Est de l’île. On doit franchir le Rimutaka Range avec encore de multiples virages en S, très serrés et accompagnés de vents importants. C’est une des rare fois ou on voit des garde-fou sur le bord de la route. C’est pour dire que ça doit être pire que les autre fois. Lyne commence à avoir mal au poignet à force de tenir la portière!!!
8cheminssss.jpg
Finalement on revient sur le plat, ouf, ça fait du bien. En poursuivant la route on aperçoit de gracieuses éoliennes au loin. Youpi, on se dirige vers la ‘Wind Farm’ (détour d’à peine 15km) Lyne insiste pour que Daniel amène ‘Bobb’ dans un chemin de terre qui monte passablement, pour aller rejoindre les éoliennes. D’un commun accord on fait faire demi tour à Bobb après quelques temps (pendant que c’est encore possible, car Daniel n’a pas envie de revenir de reculons...) et on le laisse là, à mi-chemin. On poursuit la route à pied. On prend un petit chemin gazonné, on se croit dans la ‘franche comté’ dans le Seigneur des Anneaux, ne manquent que les Hobbits.... On s’approche des éoliennes qui se dressent par centaines.
10_oliennes.jpg
De l’autre côté de la montagne le paysage est magnifiquement agrémenté d’une rivière à méandres multiples.
10_5m_andres.jpg
On savoure ce paysage au soleil de fin de journée qui donne une luminosité tellement riche. Hier, par hasard on a vu un bateau qui déchargeait des éoliennes dans l’île du sud, quelle coïncidence.
9bateau_olienne.jpg

24 janvier
On arrive trop tard dans la Hawke Bay , pour marcher sur la plage, jusqu’au Cape Kidnappers, pour voir la colonie de Fous austraux (ressemblent étrangement aux Fous de Bassans). On prend l`après midi à faire de la plage et lecture. Une rare journée de répit dans notre grand périple. On ne cesse de découvrir de nouvelles choses tous les jours.
11cape_kidnappers.jpg

25 janvier
La colonie de fous astraux, d’environ 15,000 membres est composée d’adultes et de jeunes. On peut y accéder par la plage en tenant compte des marées, la marche est de plus de 8 km aller seulement, plus un km pour aller sur le cap. Il y a des visites guidées en autobus ou encore en remorque tirée par un tracteur. On choisi d’être actif et y aller à pied. C’est une marche d’environ 5 hres aller retour sur la plage. Les falaises sont très intéressantes à regarder, Daniel semble plus intéressé par les phénomènes géologique que Lyne, pourtant c’est Lyne la géologue (lire l’ancienne géologue...) à quelques endroits on doit enlever nos chaussures pour continuer. En route on rencontre une première petite colonie de fous, ce qui permet aux gens qui n’ont pas le gout de se mouiller, de les observer un peu. Pour atteindre la grosse colonie sur le haut de la falaise il faut monter pendant 20 minutes à une chaleur intense et à l’abris du vent. Il fait chaud.... Mais pourquoi se plaindre alors que nos amis du Québec grelottent!!!! Les jeunes fous ne sont pas très beaux, ils sont recouvert de duvet, ils ont l’air ‘ébouriffés’. Les fous dégagent une odeur nauséabonde, pire que les poules selon Daniel. Les adultes sont beaux et gros avec de très grandes ailes. Lyne est bien contente de voir des fous à nouveau sans avoir le mal de mer (quel horreur que le bateau pour se rendre à l’île Bonaventure il y a de cela presque 40 ans....)
12fous.jpg13fousss.jpg14cape_kid.jpg

Beaucoup de gens de la place, y vont en moto ou en quatre roues. Le soleil étant au rendez-vous, c’est un 18.5 km exténuant. Le petit rafraichissement est de mise dès l’arrivée au ‘Bobb’.

Lever de soleil
16leversoleil.jpg

Kiki en `plywood`
15kiwi.jpg

Bonne Fête à Paul pour le 1 er Février
17paul.jpg

Posted by fijinewze 13:03

Table of contents