A Travellerspoint blog

C'est finiiiiiiii

26 janvier

Ce matin on décide de faire du vélo dans la ville de Napier. Citation du guide Voir : ‘‘ Cette ville perchée au bord de l’océan Pacifique doit son élégance à une catastrophe: sa destruction, en 1931, par un tremblement de terre meurtrier suivi d’un incendie. Le séisme souleva une zone marécageuse et le fond de la baie, dégageant de nouveaux terrains à bâtir. La reconstruction suivit de strictes règles antisismiques, et les architectes adoptèrent le style Art déco en vogue à l’époque. Les bâtiments aux teintes pastel, aux lignes sobres et aux décors élaborés forment un ensemble qui a acquis une renommée internationale’’.

La ville de Hasting a aussi été détruite lors de ce séisme. On sillonne la ville en commençant par la promenade qui longe la mer (long trottoir, très large qui invite à la promenade tant à pied, à vélo, qu’à patins à roues alignées). On termine notre ballade à vélo par la montée de Bluff Hill, promontoire qui donne une belle vue sur le port, la ville et le Cape Kidnappers (fous autraux). Sans le savoir on monte par une rue pentue mais beaucoup moins que la route habituelle. Ce qui nous permet d’arriver en haut avec assez de force pour savourer un cornet de crème glacée.... En redescendant, on constate la pente plutôt raide que l’on a évité. On termine la journée par la marche au centre ville avec ses beaux bâtiments Art déco.
1napier.jpg

Il y a un magasin et ‘musée’ de l’opossum, petite bête qui est un vrai désastre pour les forêts de la NZ, comme déjà mentionné plus tôt dans le blogue, ils sont 70 millions et mangent non pas 12,000 tonnes mais bien 21,000 tonnes de végétation chaque nuit. Alors en achetant des produits fait à partir de l’opossum, on participe à l’éradication de ces bêtes. Ils ont trouvé un nouveau marché en mêlant la fourrure de l’opossum à la laine Mérino.
Voici un petit clin d’oeil pour ces bêtes non désirées en NZ.
2oppossum.jpg

27 janvier

Journée grise et venteuse, on poursuite la route et la chaussée est parsemée d’écorces d’eucalyptus. L’écorce se détache facilement du tronc, c’est comme si il ‘plumait’.
On s’arrête à des sources thermales. On prend le temps de relaxer dans les bassins aux températures différentes, allant de froid à chaud et très chaud. On jase avec les autres clients.

28 janvier

A Tolaga bay, on marche sur le plus long quai de l‘hémisphère Sud. Il mesure 660m. Il a été construit entre 1924 et 1929 et est utilisé jusqu’en 1940. Pendant la seconde guerre il est moins utilisé et le sera encore moins avec l’ouverture des routes. En 1960 il sera fermé pour cause de signes de détérioration. En 1998 il sera rénové grâce à des dons publics. Encore une fois il vente à ‘écorner les bœufs’. C’est à croire qu’il vente sur tous les longs quais de NZ...
3tolaga_bay.jpg

Ensuite, tout près du quai, on se dirige vers la Cook Cove track. Une courte randonnée qui passe à travers champs, collines, avec point de vue sur la baie ou le Capitaine James Cook à mis pied à terre en 1769. On visite le Hole in the wall, rocher percé, ainsi que la baie et l’épitaphe en mémoire de Cook. On s’amuse à compter le nombre de marches, 441, qui sillonnent le sentier très bien entretenu (comme tous les sentiers de NZ d’ailleurs: nul besoin de bottes de randonnée; espadrilles ou bonnes sandales de marche font amplement l’affaire). Encore une fois les crickets sont de la partie et font un bruit de fond incessant.
4hole_in_the_wall.jpg
5esturaire_Cook.jpg
6epitaphecook.jpg

Dans cette région de East Cape et Hawke’s bay, il y a beaucoup de cultures de maïs. La sécheresse ne semble pas les affecter.
A Tikitiki, on visite l’église St-Mary’s, qui est l’une des plus belles églises Maorie. De l’extérieur, elle ressemble à nos petites églises Anglicane ou Presbytérienne, si ce n’était de sont porche sculpté. L’intérieur fait vraiment Maorie, avec le bois, les tissages qui recouvrent les murs, les bancs sculptés avec incrustations de coquilles de Paua (coquille nacrée).
7stmarys.jpg
8stmarys2.jpg

Ce soir on couche dans un mini camping, avec peu de services. Le seul client nous avise que le proprio viendra nous collecter vers les 21h00. A 21h30, le proprio arrive avec son ‘pick-up’. Type très sympathique, avec sang maorie et espagnol. On bavarde longuement.

29 janvier

Nous voilà en route pour aller au phare de East Cape, la partie la plus à l’Est de la NZ. Là ou le soleil se pointe le bout du nez le plus tôt en NZ. Pour accéder au sommet, plus de 759 marches nous attendent. Nul besoin de les compter, car sur les marches il est gravé le nombre de marches qui reste à gravir. C’est à croire que c’est la semaine des escaliers. Mais ne craignez rien, on les monte debout et non à genoux comme à l’oratoire St-Joseph...
9phare_east_cape.jpg
10escaliers.jpg

Ensuite on s’arrête à Te Araroa pour voir le plus vieux Pohutukawa, plus de 350 ans, (arbre qui fait de magnifiques fleurs pour Noël, (l’arbre préféré de Ninon)) évidemment il n’est plus en fleurs mais quand même impressionnant avec ses 22 troncs.
11pohutukawa.jpg
12pohutukawa.jpg

Petite baignade et bronzette le temps de pique-niquer à Hick‘s bay. On prend ensuite le dessert à un endroit où ils cultivent des noix de macadam. On mange une très bonne crème glacée maison, évidemment à la noix de macadam.
13macadam.jpg

Le soir on se trouve un coin pour faire du ‘freedom camping‘, dans un point de vue qui surplombe la ville de Ohipe. Un couple de maorie arrive pour regarder le coucher du soleil. On jase avec eux et on les suit un peu plus loin à un autre point de vue qui donne sur la ville de Whakatane toute illuminée. Le tout enjolivé d’un quartier de lune.

30 janvier

Ce matin on part faire une marche au Kohi point, là où les maoris nous emmenés hier soir. La vue y est belle de jour aussi. Il fait très chaud et peu de vent. Le soleil est toujours au rendez-vous, matins après matins. On écourte donc la marche car on n’a pas apporté d’eau et le sentier semble beaucoup plus long que ce que l’on avait imaginé.

A Te Puke on visite sommairement un site de production de Kiwi, le fruit. Faut-il rappeler qu’il y a trois sortes de kiwi en NZ? Le fruit, l’oiseau et le néo-zélandais lui même.
14kiwi.jpg

À Papamoa, on s’arrête sur une plage dans l’espoir de faire du ‘char à voile’, char à 3 roues muni d’une voile. Malheureusement notre recherche est infructueuse. Par la suite on décide de s’acheter de petites planches de surf, car l’eau est assez confortable pour s’y baigner de longues minutes et les vagues sont aussi intéressantes. Comme on se dirige vers le nord et Coromandel, avec ses plages, l’investissement devrait valoir le coût. Daniel a une planche ‘Hot Wheel’ et Lyne une à l’effigie de ‘Bob l’éponge’. De quoi on va avoir l’air? Mais on s’en fout, l’important c’est d’avoir du plaisir. Ce à quoi on s’efforce sans trop de difficultés depuis 10 semaines....

16xsurf.jpg

31 janvier

On fait de la marche dans les gorges de Karangahake, ancien site d’exploitation de mine d’or et d’argent. On prend le temps de lire les affiches expliquant les vestiges et le fonctionnement de l‘usine. On passe dans plusieurs tunnels ou la lampe de poche est requise. On passe même dans un tunnel de voie ferrée qui a 1100m de longueur. N’ayez crainte le train n’y passe plus depuis longtemps.
15tunneltrain.jpg
Ne vous méprenez pas, ce n’est pas Indiana Jones....
16indianajones.jpg

Filons ensuite pour la plage d’Opoutere, réputée pour son sable blond. Effectivement, très belle plage, longue de 5 km, qui se caractérise par le fait qu’au lieu d’être bordée de maisons, elle est bordée d’une réserve comprenant un sanctuaire d’oiseau et une forêt de conifères, ce qui confère une autre dimension à la plage.
17opoutere.jpg

On a l’impression d’être sur une île déserte dû au fait qu’on ne voit pas d’habitations. Sur cette plage, il est possible de parfaire son bronzage intégral...
Les vagues y sont assez grosses pour s’amuser avec nos petites planches de surf. On prend quelques bouillons, on se ramasse ‘cul pardessus tête’, bref on rigole comme des enfants.

Imaginez, ce soir, il est 21h30, on est le 31 janvier et on se fait sécher les cheveux au grand vent, avec en prime un croissant de lune. Hum... Il faut en profiter car le décompte est débuté...

1 février

On décide de demeurer au même camping pour deux autres nuits, histoire de relaxer et de profiter de la plage. Ce qui nous faisons toute la journée.
En soirée, nous allons marcher la plage jusqu’à l’extrémité nord, on part un peu tard, donc on marche à un train d’enfer afin de revenir au camping, avant la brunante car on a oublié la lampe de poche.... On revient à la noirceur.

2 février

Difficile à croire mais il ne fait pas soleil aujourd’hui. C’est bien tant mieux, car on a abusé du soleil hier et on a atteint notre limite de saturation. Cette fois-ci, on part marcher vers le sud de la plage, on passe près du sanctuaire d’oiseaux. A l’embouchure de l’estuaire on s’amuse à regarder la marée monter et on attend qu’elle redescende. Ce qui prouve que nous sommes bien relaxe aujourd’hui. On enchaine avec de la lecture et l’écriture du blogue.

3 février

On se dirige vers la fameuse péninsule de Coromandel, que nous n’avons pas eu le temps de faire en décembre, heureusement car la température est probablement plus clémente. Le paysage ressemble à Cap Corse avec ses falaises et ses chemins en bord de mer.
18coromandel.jpg

En arrivant au camping on part en kayak. Quand la marée est basse dans le ’firth of Thames, la berge se prolonge passablement. Le fond n’est pas vraiment agréable et il est préférable de faire les activités nautiques quand la marée est haute. Après un autre bon souper on a le privilège d’assister à un autre magnifique coucher de soleil. En soirée on jase avec nos voisins qui viennent d’Irlande et qui trouvent notre choix musical plutôt intéressant : U2....

4 Janvier

Ce matin on visite les ’Waterworks’ près de Coromandel. Un type qui ’patente’ toute sorte de chose actionnées par l’eau: bicyclette, horloge, pompes, roue à aube, etc... Daniel est évidemment fasciné et prend le temps de comprendre chaque installation. Il y des jeux variés et on prend le temps de s’amuser, on retombe en enfance....
19waterworks.jpg
20ww.jpg
21ww.jpg

On pensait faire une randonnée mais il fait trop chaud, alors on fait le ‘centre ville de Coromandel‘ (lire petit, très petit village) On continu la route vers Matarangi. La plage est belle et on en profite pour faire du ‘body surf’, les vagues sont plus grosses que l’autre jours et on surf sur plus de 50’ wow, c’est l’fun au ’boute’. De plus l’eau est très chaude aujourd’hui, mais vraiment chaude et nous sommes dans le pacifique. Ce soir on va faire un tour pour entrevoir le ‘Cathedral Cove’ que l’on fera demain à pied. On constate qu’il est difficile de faire du ‘freedom camping’ dans la péninsule de Coromandel, alors on va dans les campings et au fond ça fait notre affaire.

5 Janvier

Cathedral Cove ressemble à Bonifacio au sud de la Corse (pensées pour Diane et Réjean, Ninon et Hélène et Pierre). De belles falaises de calcaire blanc. Là aussi c’est marée dépendant.
22.jpg
23.jpg

Ensuite on va au Hot Water beach, là ou on peut creuser son ‘spa’ dans le sable, mais nous arrivons trop tard, ayant privilégié le Cathedral Cove, on y va tout de même pour un peu de ‘body surf’. Les vagues sont plus grosses et on file à toute allure jusque sur la plage, c’est dur pour les genoux et pieds qui traînent derrière la planche... On termine la journée dans la grisaille.

Demain nous commencerons à préparer les bagages et peut-être une petite visite à Auckland si on en a le temps.

Dès notre retour on ajoutera d’autres commentaires et photos.

Merci à tous nos fidèles lecteurs
Lyne et Daniel

Posted by fijinewze 19:53

Table of contents